Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tagada Tsoin Tsoin


Dans la peau d'une marathonienne

Publié par Nova sur 3 Avril 2016, 18:43pm

Catégories : #running, #2016, #Paris, #run, #marathon, #sport, #no pain no gain

marathon, paris, running, run, no pain no gain, sport

 

8h00. THIS IS IT. La 40e édition du Marathon de Paris, c'est ici et maintenant.

Nassima saura dans quelques heures si elle a ou non l'étoffe d'une championne. Si son mental parviendra à faire taire la douleur. Si elle viendra à bout de ces 42,195 km.

 

Sans surprise, ce matin, avant le départ, Nassima a un peu (beaucoup) les pétoches. L'angoisse de la douleur est là. "Mais qu'est-ce qui m'a pris ? ", "Pourquoi je m'inflige ça". "Plus jamais : c'est mon premier marathon et le dernier !".

Car si l'entraînement a été, entre les efforts physiques et un régime draconien, une véritable épreuve, la runneuse sait que la course qui l'attend sera encore plus violente.

 

Pour ne pas céder à la panique à l'approche du jour J, Nassima a essayé de se projeter dans l'après-marathon : "Je vais bientôt retrouver ma vie d'avant". "Je vais pouvoir manger tout ce que je veux, je vais me lâcher". Le sourire toujours en place, la jeune femme a annoncé à ses amis et collègues que plusieurs paquets de gâteaux et autres douceurs l'attendaient déjà sagement dans ses placards pour fêter la fin du marathon. "Ca va être sale" a-t-elle promis dans un rire.

N'oublions pas le fameux macaron au chocolat de chez Ladurée qui l'attendra à la ligne d'arrivée.

 

8h40. Mais c'est l'heure du départ et il n'y a plus d'échappatoire, il va falloir s'accrocher au moment présent, se concentrer sur la course. Nassima a mémorisé une grande partie du parcours pour se tranquilliser. Elle va souffrir, elle le sait, mais elle compte sur ses amies Nesrine et Aurélie pour aller le plus loin possible. Egalement runneuses, les jeunes femmes vont la rejoindre au kilomètre 30, avenue du Président Kennedy, non loin de la Maison de la radio, et jouer le rôle de lièvres* durant les 10 derniers kilomètres.

 

11h-12h : Le soleil tape. En attendant l'arrivée de Nassima, ses amies donnent de la voix : elles déchiffrent le nom des coureurs sur leurs dossards et les interpellent, pour les encourager à ne rien lâcher.

En même temps, elles guettent Nassima. Quand cette dernière arrive, les traits tirés, ses copines hurlent de joie, faisant sourire les supporteurs les plus proches, et rejoignent le peloton pour accomplir leur mission du jour. Elles franchissent à ses côtés le fameux mur des 30 kilomètres, qui marque généralement le moment où les muscles du coureur demandent grâce.

Elles ont continué ainsi sur 12 kilomètres.

 

14h : C'est chouette de voir comment un défi personnel peut devenir un projet de groupe. Je pense aux collègues de Nassima qui étaient tous réunis pour une belle photo de toute l'équipe avant le coup d'envoi du Marathon, et qui partaient en sachant que leurs futures souffrances allaient servir une belle cause. Sans oublier les deux "anges gardiens" de Nassima, qui ont manifestement éprouvé une grande joie à aider leur amie à dépasser ses limites.

Quant à moi, j'ai suivi avec un immense plaisir et beaucoup de fierté ce feuilleton sportif et j'espère qu'il en a été de même pour vous.

 

 

Ce dimanche a été dur, moche et violent, mais ça y est : 

 

NASSIMA EST MARATHONIENNE !!

 

 

*Coureur qui motive les autres runneurs pour leur permettre d'atteindre leurs objectifs.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents