Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tagada Tsoin Tsoin


Drôle de Carême

Publié par Tatie Danièle sur 16 Avril 2019, 10:26am

Catégories : #Religion, #Carême, #Foi, #Semaine Sainte, #Notre-Dame de Paris, #Notre-Dame, #Incendie, #Paris, #France, #Pâques

 

Débuter la Semaine Sainte avec les images de Notre-Dame en flammes a quelque chose de surréaliste. Ce triste évènement fait étrangement écho au carême que je viens de vivre. 

J'accueille toujours cette période avec joie parce qu'elle est synonyme de renouveau et qu'elle me rappelle mon baptême, qui a eu lieu la nuit de Pâques 2014 . Ce souvenir est d'ailleurs inextricablement lié à la cathédrale Notre-Dame de Paris où j'ai vécu, en tant que catéchumène* ce que l'on nomme "l'appel décisif"**.

Pourtant, traverser ces 40 jours de carême est rarement une sinécure. Déjà, on nous vend le carême comme un temps de privation et de pénitence. Youhou ! Take me to funky town ! En réalité, j'ai fini par comprendre que pendant cette période, il est plus question d'efforts que de frustrations. Il s'agit de consacrer plus de temps à la prière et au partage. D'éviter la facilité, de résister aux tentations. 

Ce qui m'amène au second point : que le carême soit présenté comme une corvée ou une expérience d'intimité avec Dieu, il reste difficile parce que même avec la meilleure volonté du monde, on peut se planter. Finalement, on peut facilement s'astreindre à prier plus, assister au chemin de croix, manger son bol de riz le vendredi. Le hic, c'est que... "nous ne sommes pas seuls". Comme Jésus dans le désert, on va être tenté et provoqué. Si on ne gâche pas notre carême de nous-mêmes, "on" va nous y aider.

En ce qui me concerne, ces dernières semaines ont été particulièrement mouvementées. Peut-être parce que j'avais déboulé dans ma paroisse le mercredi des Cendres déterminée à passer un carême "du feu de Dieu". En général, même si je démarre toujours au quart de tour, je m'essouffle en cours de route. Mais cette année, je tenais bon. Peut-être que mon zèle a attiré l'attention. En tout cas, les ennuis ont commencé à pleuvoir. Santé, boulot, soucis administratifs et relationnels, l'auteur de cette shit list a été particulièrement créatif et exhaustif. 

Plus j'essayais de rester zen, plus j'étais asticotée. J'ai fini par me demander : "Pourquoi" ? et surtout "Pourquoi maintenant ?".

Lundi matin, je suis allée me confesser, parce qu'entamer cette Semaine Sainte consumée par la colère et assaillie par le doute, c'est quand même très moyen.

Quand, quelques heures plus tard, j'ai vu aux infos la flèche de la cathédrale s'effondrer, ma colère s'est éteinte d'elle-même. En regardant Notre-Dame brûler, j'avais le sentiment que la méchanceté des hommes nourrissaient ce feu ravageur.

Je me suis une nouvelle fois demandé : "Mais pourquoi ?" Et "Pourquoi maintenant ?"

Et puis j'ai vu tous ces gens rassemblés autour du feu et cette image m'a fait songer à la cérémonie de la Vigile Pascale. Elle débute par un grand feu devant le parvis de l'église. Le feu nouveau. On y allume le cierge pascal. Cette flamme va ensuite se transmettre aux fidèles, de cierge en cierge, en une longue chaîne de communion et de lumière.

Cette pensée m'a rappelé qu'il faut tourner son coeur et son esprit vers la lumière, là où l'amour est présent. Ces dernières semaines, j'ai été accompagnée et soutenue par les conseils, les prières et les pensées positives d'amis et de proches aimants. Oui, ce carême m'a semblé lourd, mais il l'aurait été bien plus si j'avais été seule à porter ce fardeau.

Alors merci. Et paix aux hommes de bonne volonté.

 

* Catéchumène : adulte qui demande le baptême et suit une formation -appelée catéchuménat-pour s'y préparer.

*L'appel décisif : célébration au cours de laquelle l'Evêque appelle publiquement par leur nom les catéchumènes qui seront baptisés à Pâques. Elle se tient le premier dimanche de carême.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents