Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tagada Tsoin Tsoin


LOVE IS IN THE AIR ? I DON'T THINK SO

Publié par vieille-et-aigrie.over-blog.com sur 11 Février 2010, 14:26pm

Catégories : #Amour et autres fadaises

 

Samedi, c'est la Saint Valentin. Chouette.
Saint Valentin pour les uns, Sans Valentin, pour les autres... Oui, je fais partie des autres : était-il vraiment nécessaire de le préciser ? Vise un peu le nom du blog : "vieille et aigrie", merci de suivre.
Oui, je suis un peu tendue et je ne vais pas faire semblant de m'excuser, parce que je n'ai rien demandé et qu'on ne me laisse même pas la liberté de "sécher" ce fichu 14 février. Ça fait plus d'un mois qu'on nous bassine avec cette "fête" et ce week-end, ça va être l'apothéose avec le défilé cauchemardesque de langues en couple et de doigts poisseux crochetés les uns aux autres. Que du bonheur.
 
C'est donc le moment de publier sans plus attendre ce manifeste contre l'amour niais !

Tu l'aimes, ton chéri ? C'est bien. À la folie d'amour ? C'est encore mieux. Mais rien n'oblige le couple idéal que vous formez, toi et ton jules, à sombrer dans les profondeurs abyssales de la niaiserie amoureuse.
 

C'est quoi, l'amour niais ?

Si tu fais genre, tu l'ignores, c'est que tu en es. Tout le monde s'est déjà retrouvé au moins une fois à côté d'un couple niais.

Ils sont là, arrimés l'un à l'autre, dans le métro. Il est 8h du mat' mais eux sont déjà au taquet : yeux humides de cocker, sourire béat et tout le toutim.

Au début, on cède à un amusement teinté de condescendance parce qu'on se dit, un rien blasé : "Qu'ils en profitent les tourtereaux, ça ne durera pas ". Et pis sans prévenir, ils se prennent le museau goulûment. Là, notre sourire s'efface. Par la même occasion, on détourne le regard, il ne manquerait plus qu'on passe pour des voyeurs : "Y a des chambres, pour ça, non d'une pipe !". Et puis on se rappelle ce sondage, tu sais, celui qui révèle qu'un Français sur 5 se lavent les dents moins d'un fois pas jour. On grimace un peu (ce n'est quand même pas très glamour tout ça, hein ?), on fait un petit calcul rapide et on sourit de nouveau. Plus largement parce que là, on entre clairement dans la phase mépris. Les stations défilent, on ne le regarde plus le couple niais mais on l'entend. Et vas-y que je glousse, que je me frotte à l'autre comme un plantigrade à un arbre (un marquage de territoire peut-être, à destination de tous les célibataires en chasse du wagon ? Va savoir). Notre rythme cardiaque s'accélère : "Hein, que tu m'aimes ? Dis, tu m'aimes combien (comment ? Pourquoi ? jusqu'à quand ? À chaque couple sa version) ?". Chuchotements dont le volume mal contrôlé nous perturbe : ce n'est pas ce matin qu'on finira notre 20 minutes. Ok, là, on a chaud. Perles de sueur aux tempes, début de tachycardie, quand notre station arrive, notre agacement a dégénéré en envie de meurtre.

Voilà, c'est dit : si tu es du genre niaiseuse, sache qu'on est nombreux à vouloir faire disparaître ton couple !


Qu'est-ce qui pousse le couple niais à agir de la sorte ?
 

Il semblerait que cela vienne d'une croyance qui veut que le bonheur d'avoir la chance d'être heureux à deux (comparativement à la chance d'être heureux tout seul, ou contrairement à la malchance de ne pas être heureux ou de ne pas être à deux) doit impérativement être visible. Pire : exposé.

"Question de santé publique", pense peut-être le couple niais". "Révélons au peuple (les solos, quoi) que, ben si ça existe l'amour vrai ! Admirez-nous : Loulou et moi en sommes la preuve vivante."

Oui, mais non : vous voir et vous entendre en inciterait plus d'un à prononcer des voeux de célibat éternel. Pour ne jamais (jamais jamais !) risquer de vous ressembler un jour.

Si ça se trouve, le couple niais a peur de ne pas être crédible. Il existe tant de faux couples dans la nature, d'individus qui restent ensemble par obligation, par paresse, par peur de ne pas trouver mieux sur le marché. Ceux-là manquent cruellement d'enthousiasme quand ils sont ensemble. Il s'agirait donc pour notre couple de prouver au monde qu'il partage un amour authentique.

Encore une fois, mauvais calcul. Tout ce cirque peut devenir suspect, à la longue. Ne serait-ce pas l'un de ces faux couples simulant l'amour niais ? Comment savoir ?

Au pire, si votre nature vous pousse aux effusions publiques incontrôlées et que votre amour exsude par tous les pores de votre peau, n'hésitez plus : faites vous tatouer. À l'ancienne : un coeur transpercé d'une flèche, le nom de l'Élu, ou un code barre pour dire que vous appartenez à l'autre corps et âme, qu'importe. La douleur devrait calmer un peu vos ardeurs.

Quoi ? On est jaloux? Ah. Ah. Ah, elle est bien bonne !

L'amour donne des ailes ? Oui ? Eh bien, si tu veux muter en poule décérébrée, libre à toi, mais sache qu'il existe d'autres options. Être amoureux n'implique pas de devoir mettre son cerveau en jachère. On a le droit de rester intelligent (ou d'avoir l'air intelligent pour ceux qui ne peuvent pas faire mieux ).

Comment passer de l'amour niais à l'amour tout court

(Comment ça, je suis mal placée pour donner des leçons ? C'est mon blog, je fais ce que je veux !)

Je sais bien qu'au royaume de l'amour niais les limaces ascendant pot de colle sont les reines du bal, mais tu ne risques rien à prendre un peu de distance. En général, ça exacerbe le désir. Commence petit : Au Macdo, au lieu de lui grimper sur les genoux, reste sur ta chaise.

Joue l'indépendance, mets tes frites dans ta bouche toute seule, comme une grande. Tu seras surprise de constater qu'il parviendra, lui aussi, à s'alimenter de la même façon.

Essaie l'indifférence : ne lui caresse pas le ventre en susurrant : "Mmm ...c'est qui mon mamoureux ? C'est qui le mamoureux à sa maman ?". Même s'il roule sur le dos, résiste.

Soigne ta paranoïa une bonne fois pour toute : quand tes amis t'accusent d'avoir changé et de les négliger, ne crie pas au complot, personne ne veut briser ta relation (quoique...). Dis-toi que c'est juste la vérité et que ton entourage souffre de voir la petite nana dynamique que tu étais, changée en guimauve radoteuse.

Le désir, ça s'entretient. Si vous êtes perpétuellement en mode 'Mon coeur, mon amour' (Anaïs, The cheap show 2006), si vous considérez les sentiments de l'autre pour acquis, pourquoi feriez-vous des efforts pour alimenter la flamme, encore et toujours ?

Inspirez-vous un peu du 'Chien mouillé' de Renan Luce ( Repenti, 2006 ). Pour celles qui ne savent pas de quoi je parle, dans ce titre la copine de Renan a la main leste. Mais jamais il ne la quitte, car l'amuuur, en plus d'être aveugle est indolore !

Ouais, tiens : faites plaisir aux solos, cette année : passez de l'amour niais à l'amour vache !
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents